DARWINISME : CE QUE L'ON NE DIT PAS

... En pensant à tous les cas d'hommes poursuivant une illusion pendant des années, j'ai été bien souvent parcouru par un frisson glacé.

Et je me suis demandé si je n'avais pas dévoué ma vie à une idée fantaisiste.

Charles Darwin à C. Lyell 30

Afin de comprendre la religion du darwinisme, il faut tout d'abord abandonner certaines idées préconçues. Ce qui a été dit jusqu'à maintenant ne démontre pas les attributs réels et les buts de cette religion, mais seulement les idées qui amènent les gens à en être influencés. Le darwinisme a été représenté par les évolutionnistes comme une vérité prouvée scientifiquement, "révélée" par Charles Darwin. Pourtant, la science a récemment invalidé une à une les affirmations du darwinisme.31 Puisque la théorie de l'évolution n'a plus de fondation scientifique, elle ne repose plus que sur des méthodes de propagande à travers lesquelles la pensée évolutionniste est toujours imposée aux peuples contemporains comme un fait scientifique. Pour comprendre chaque aspect du darwinisme, il est tout d'abord nécessaire d'aller au-delà de la propagande évolutionniste et de découvrir la vérité que les darwinistes se gardent bien de révéler.

Charles Darwin : fondateur de sa "religion"

De nos jours, lorsque l'on mentionne la question de l'évolution, le premier nom qui vient à l'esprit est celui de Charles Darwin. En dépit du fait que la croyance en l'évolution des êtres vivants est la base de plusieurs religions païennes antiques, celui qui a donné à ce concept sa forme actuelle est Darwin. Quand on connaît mieux le darwinisme, un mythe important à surmonter est celui concernant Darwin lui-même, mythe qui a grandi au cours des 150 dernières années. Charles Darwin a été présenté pendant des années comme un homme de science brillant et couronné de succès, un chercheur objectif. Le fait qu'on l'évoque dans les milieux évolutionnistes comme "le plus grand scientifique" et le "génie du siècle" est en vérité dû à la propagande. En effet, quand on scrute les idées et la vie de Darwin, il devient clair que ce n'est pas le cas.

Darwin, contrairement à ce que tout le monde croît, n'était ni un scientifique important, ni le "seigneur des espèces" qui a résolu les mystères de la nature. Le fondateur de cette soi-disant religion était tout sauf laïc, car il a reçu une éducation protestante, et a échoué dans ses études de médecine. C'était un chercheur amateur affligé par de nombreuses maladies non diagnostiquées. Il était taciturne et solitaire, vivait dans un monde spirituel confus et évitait les discussions. Il était plein de doutes, et avait des difficultés à penser logiquement. Dans un moment de vive émotion face à la mort de sa fille cadette, il s'est rebellé contre Allah et la religion. Il se trouvait dans cet état spirituel malsain quand il proposa sa thèse qui allait être connue plus tard comme la "fondation de l'athéisme".

Darwin a d'abord prêché les bases de sa théorie de manière détaillée à des scientifiques importants dans son milieu à travers des conversations, des articles et des lettres personnelles. Ce que Darwin a laissé inachevé ou insuffisamment élaboré fut complété par ses partisans, qui continuèrent par la suite à propager sa théorie.

L'origine des espèces de Darwin, qu'on présente comme un livre saint, est en réalité rempli d'illogismes et de contradictions et repose sur de simples probabilités et conjectures. Darwin lui-même ne considérait pas son livre comme un ouvrage scientifique, mais comme "une longue discussion". Darwin reconnaissait les faiblesses, les incohérences, les impasses et les difficultés de sa théorie dans ses écrits et lettres à ses amis. Dans une lettre, il confesse qu'il y avait de graves défauts dans la théorie qui l'ont amené au bord du suicide :

Vous me questionnez à propos de mon livre, et tout ce que je peux dire est que je suis prêt à me suicider ; je pensais que c'était écrit correctement mais j'y ai trouvé tellement de besoins de réécriture… 32

Dans une autre lettre, il dit :

Ne pensez pas que je suis aveugle au point de ne pas voir qu'il existe de nombreuses difficultés immenses dans mes notions. 33

Tout particulièrement dans les lettres envers son ami, Charles Lyell, il exprime clairement les doutes qu'il ressent concernant sa théorie :

… En pensant à tous les cas d'hommes poursuivant une illusion pendant des années, j'ai été bien souvent parcouru par un frisson glacé et je me suis demandé si je n'avais pas dévoué ma vie à une idée fantaisiste. 34

De plus, Darwin avait conscience des erreurs et des affirmations non fondées dans sa théorie. Il écrit :

Une foule d'objections se sont sans doute présentées à l'esprit du lecteur avant qu'il en soit arrivé à cette partie de mon ouvrage. Les unes sont si graves, qu'aujourd'hui encore je ne peux y réfléchir sans me sentir quelque peu ébranlé… 35

Dans une lettre à son ami intime Asa Gray, il a défini sa théorie comme une spéculation extra-scientifique :

Je suis plutôt conscient que mes spéculations dépassent largement les limites de la véritable science. 36

Certains scientifiques ont plus tard montré du doigt l'esprit contradictoire de Darwin et sa logique chancelante. Le fait que le fondateur d'une théorie présentée au monde comme la réalité absolue fait preuve de sérieux doutes et contradictions dans son approche, donne à réfléchir énormément sur les fondements mêmes sur lesquels sa théorie est construite. Le physicien américain Lipson disait à propos des craintes de Darwin :

En lisant L'origine des espèces, j'ai trouvé que Darwin était beaucoup moins sûr de lui qu'on le représente habituellement ; le chapitre intitulé "Les Difficultés de la Théorie", par exemple, révèle en lui un manque de confiance considérable. En tant que physicien, j'étais particulièrement intrigué par ses commentaires sur la manière dont l'œil serait apparu… 37

Comment est-ce que Darwin est tombé amoureux d'une "fantaisie" ? Dans l'enfance, il a suivi une longue éduction religieuse qui lui a fourni un certain savoir sur les croyances, les doctrines et l'histoire religieuse des civilisations antiques. Mais d'un autre côté, il a été profondément affecté par la pensée positiviste et matérialiste de son siècle. En particulier, il a été radicalement influencé par son grand-père, Erasmus Darwin, qui avait des points de vue antireligieux.

Le "temple de la nature" d'Erasmus Darwin

Le jeune Charles Darwin a écouté son grand-père, Erasmus, depuis l'enfance.38 En réalité, Erasmus Darwin a été le premier en Angleterre à proposer l'idée d'évolution. Il est connu en tant que physicien, psychologue et poète et il a exercé une influence considérable sur son entourage, bien que sa vie personnelle ait été plutôt sombre et qu'il ait eu au moins deux enfants illégitimes.39 Mais Erasmus Darwin était un des plus célèbres naturalistes d'Angleterre. Le naturalisme croit que l'essence de l'univers repose dans la nature qui possède une force créatrice. Bien que les racines de cette doctrine remontent à la philosophie naturaliste des mythes grecs et sumériens, son plus grand partisan au 19ème siècle était la franc-maçonnerie.

Ce fait a été confirmé en 1884 par le Pape Leo XIII, le chef du monde catholique, dans son encyclique Humanum Genus (La race humaine), qui s'adressait tout particulièrement aux francs-maçons :

A cette période, cependant, les partisans du mal semblaient se rassembler et se battre avec une violence unie, menés ou assistés par cette association très bien organisée et bien introduite. Ne faisant plus secret de leurs buts, les francs-maçons s'en prennent maintenant avec impudence à Allah Lui-même.

Le Pape a continué de stigmatiser la relation existant entre cette organisation et le naturalisme :

De ce que nous avons clairement montré ci-dessus, on s'aperçoit bien que la maçonnerie vise le renversement total de l'ordre politique et religieux du monde qui a été produit par l'enseignement chrétien, pour lui substituer un nouvel état des choses en conformité avec leurs idées, et dont les fondations et les lois sont simplement tirées du naturalisme. 40

Les maçons, qui ont donc adopté le naturalisme, voyaient leur plus grand représentant en Erasmus Darwin, qui était également un des maîtres de la loge maçonnique de Canongate Kilwinning à Edinbourgh, en Ecosse.41 De plus, il semble qu'il ait eu des liens à un moment donné avec les Clubs Jacobins de France, ou avec les Illuminati, qui étaient connectés à certaines loges maçonniques de France et dont le devoir principal était de s'opposer à la religion.42 Erasmus a enseigné à son fils Robert Darwin (le père de Charles Darwin) à être comme lui et a fait de lui un membre des loges maçonniques.43 Ainsi, Charles Darwin a hérité de la maçonnerie de son père et de son grand-père.

Les grandes lignes de la théorie de Darwin ont, en réalité, été déterminées par son grand-père, dont les travaux naturalistes étaient conçus comme un guide pour lui. Erasmus Darwin a développé la logique fondamentale qui a donné forme au darwinisme, théorie exposée dans ses livres intitulés The Temple of Nature (Le Temple de la Nature) et Zoonomia. C'était une résurrection de l'ancienne croyance païenne qui maintient que la nature possède une force créatrice. En 1784 une société a été fondée pour aider à la dissémination de ces idées. C'est la Société Philosophique qui, des décennies plus tard, est devenue un des plus grands et des plus passionnés supporters des idées de Charles Darwin.44 La théorie de l'évolution propre à Darwin a, cependant, été proposée en premier lieu dans les îles Galápagos.

Une religion obscure apparaît sur les îles Galápagos

Imaginez-vous en train de visiter un archipel verdoyant et grouillant de vie. Sur cette portion de terre distante du continent par des milliers de kilomètres se trouve une très grande variété de plantes magnifiques et d'animaux qui ne se retrouvent nulle part ailleurs dans le monde. Des êtres vivants que personne n'a jamais rencontrés auparavant s'y trouvent en abondance et en grande diversité. Si vous vous trouviez dans un tel endroit avec cette vue magnifique devant vous, que penseriez-vous ?

Avec des couleurs, une vitalité et une variété aussi merveilleuses devant les yeux, vous ressentiriez sans aucun doute un sentiment profond de plaisir et vous vous demanderiez comment sont apparues toutes ces belles choses. Vous arriveriez à la conclusion qu'au milieu de l'océan, sur un minuscule bout de terre, existe une grande exposition d'art naturel et que tout fait partie d'une création extraordinaire.

Cependant, quand Darwin a vu cette variété incroyable dans la nature, il n'a pas réagi comme la plupart des gens ; au lieu de cela il a conclu que chaque être vivant est apparu suite à des coïncidences. Il n'a pas considéré le fait que chacune de ces entités vivantes a été créée par la puissance éternelle d'Allah. La logique de Darwin l'a mené dans la direction opposée.

Au cours de son voyage qui a duré cinq ans, Darwin a rencontré de nombreux êtres vivants que la plupart des occidentaux n'avaient jamais vus, tout particulièrement sur les îles Galápagos. Les îles Galápagos sont un lieu où d'innombrables espèces peuvent être étudiées par les scientifiques. Au cours de son voyage, Darwin (en dépit des milliers d'êtres vivants qu'il a amassé et préservé dans de l'alcool) a porté plus d'attention à certaines sortes de fringillidés (des sortes de passereaux). Après avoir examiné les différences physiques entre leurs becs, il a commencé à échafauder sa théorie.

Ce que Darwin a réellement fait a été de faire des spéculations exagérées concernant certaines de ses observations. Il est vrai qu'il y a parmi les fringillidés des variations aussi grandes que pouvaient le permettre le pool génétique. Mais cela ne signifie pas que le fringillidé a évolué à partir d'une autre espèce d'oiseau ou qu'il peut se transformer en une autre espèce. Les évolutionnistes modernes ont admis que les affirmations faites par Darwin en se basant sur les variations des becs des fringillidés sont des suppositions exagérées et non scientifiques. 45

En réalité, aucune personne qui réfléchit un tant soit peu ne peut accepter les conclusions faites concernant les origines de chaque être vivant simplement sur la base des différences entre les becs des fringillidés. Comment cela pourrait-il mener à des conclusions concernant l'apparition des baleines géantes, des éléphants avec toutes leurs caractéristiques distinctives, des mouches avec leurs capacités étonnantes, de la magnifique symétrie des ailes des papillons, de la grande diversité des poissons, des crustacés, des oiseaux, des reptiles et, plus important, des êtres humains intelligents et conscients ?

Quand un véritable homme de science examine les êtres vivants, la diversité n'est pas le seul aspect à prendre en compte. Au contraire, il est évident qu'il y a un sujet beaucoup plus important et fondamental dans la conception extraordinaire de ces êtres. Quand on traite des fringillidés, on doit considérer leurs mécanismes de vol parfaits, leurs ailes si merveilleusement construites avec une parfaite technologie. On doit étudier les qualités aérodynamiques d'une simple plume, sa structure délicate mais flexible qui permet à l'oiseau de voler, et les millions de petits crochets qui maintiennent les plumes ensemble. Un scientifique à l'esprit ouvert et sans idées préconçues verra une vérité évidente et claire : cette conception sans défaut, cette beauté sans pareil et ces innombrables variétés ne peuvent être que le travail d'un Créateur Suprême.

La raison pour laquelle Darwin et ses partisans ont caché cette réalité est leur attachement psychologique à la philosophie matérialiste, attitude qui est clairement perçue chez Darwin. Son commentaire sur la structure de l'œil et des plumes du paon en est un bon exemple :

Je me rappelle parfaitement l'époque à laquelle la pensée de l'œil me faisait frissonner, mais j'ai dépassé cette étape d'étonnement. Maintenant de petites particularités insignifiantes de certaines structures me font souvent me sentir mal à l'aise. Chaque fois que je regarde fixement une plume dans une queue de paon, cela me rend malade ! 46

Cela démontre clairement le point de vue partial de Darwin sur ce qu'il a rencontré dans la nature. A cause de la grande diversité des créatures vivantes qu'il a observées dans les îles Galápagos, il s'est contenté de les préserver dans de l'alcool et il a refusé de réfléchir à leurs qualités extraordinaires. Mais personne n'a besoin d'aller aux îles Galápagos pour voir les preuves d'une création unique dans tout l'univers. En regardant simplement les étoiles on peut voir d'innombrables preuves de l'existence, du pouvoir, de la sagesse et de l'intelligence d'Allah.

Un œil, qui rendait malade Darwin rien que d'y penser, est juste un exemple de ces preuves innombrables. L'œil possède une structure qui est bien trop complexe et parfaite pour avoir été le produit du hasard. Il est constitué de quarante composants différents ; un de ses aspects étant sa "complexité irréductible". Cela signifie que l'œil, pour pouvoir fonctionner, doit être composé de chacun de ces quarante composants en même temps. L'œil serait inutilisable si le moindre de ces composants venait à manquer. En plus de cela, chacun de ces quarante composants possède sa propre conception interne et complexe. Par exemple, la rétine à l'arrière de l'œil est composée de onze couches différentes et chacune de ces couches est un tissu de vaisseaux sanguins. Cette couche, qui représente la couche la plus dense en vaisseaux sanguins du corps humain, fournit l'oxygène requis par les cellules de la rétine pour interpréter la lumière. Chacune des autres couches a sa propre fonction. Aucun évolutionniste ne peut donner de réponse convaincante à la question de savoir comment un organe aussi complexe a pu se former. C'est dire que l'œil est un des signes de la parfaite création d'Allah. Dans le Coran, Allah dit :

C'est Lui Allah, le Créateur, Celui qui donne un commencement à toute chose, le Formateur. A Lui les plus beaux noms. Tout ce qui est dans les cieux et la terre Le glorifie. Et c'est Lui le Puissant, le Sage. (Sourate al-Hasr,24)

Ceux qui se consacrent à suivre Darwin aveuglément et le proclament "seigneur des espèces" devraient certainement prendre en considération ce que nous avons dit concernant sa personne. Ils doivent comprendre que la théorie de Darwin représente plutôt un conte de fée sur le "Temple de la Nature," conte qu'il a appris de son grand-père. Il a proposé des conclusions erronées sorties de l'esprit d'un amateur en biologie et fondées sur un préjugé extrême qui rejette le concept de création et qui tire son origine dans la culture superficielle du 19ème siècle qui considérait l'athéisme comme une science. Ce tableau, compilé à partir d'antiques cultures païennes, fait partie de la fausse croyance connue sous le nom de Scala Naturae proposée par Aristote des siècles auparavant.

La seule raison qui fait qu'une fausse religion soit suivie d'une façon aussi entêtée est qu'elle est vue comme un instrument dans la propagande contre la vraie religion, c'est-à-dire, la croyance en Allah. Phillip E. Johnson de l'Université de Chicago, lequel occupe une position estimée dans les milieux universitaires, en dépit de sa critique de la théorie de l'évolution, explique :

En bref, le triomphe du darwinisme impliquait la mort de [la croyance en] Dieu et préparait le terrain pour remplacer… la religion avec une nouvelle foi basée sur le naturalisme évolutionniste. 47

Dans un autre livre, Johnson décrit cet autre aspect du darwinisme :

Les préjugés sont un problème majeur, cependant, car les leaders en science se retrouvent enfermés dans un combat désespéré contre les fondamentalistes religieux, une étiquette qu'ils appliquent largement à quiconque croit en un Créateur jouant un rôle actif dans les affaires de ce monde. Ces fondamentalistes sont vus comme une menace pour la liberté d'esprit, et en particulier une menace pour le soutien public à la recherche scientifique. Tout comme le mythe de la création du naturalisme scientifique, le darwinisme joue un rôle idéologique indispensable dans la guerre contre le fondamentalisme. Pour cette raison, les organisations scientifiques sont dévouées à protéger le darwinisme plutôt qu'à le tester, et les règles des études scientifiques ont été façonnées afin de l'aider à réussir. 48

Comme l'a dit Phillip E. Johnson, les philosophies matérialistes ont trouvé un soutien pour leurs propres opinions dans la théorie de l'évolution et les activités de propagande contre la religion ont puisé leur force dans le darwinisme. Par conséquent, la promotion du darwinisme est un des buts les plus importants des forces antireligieuses, et les plus grands partisans du darwinisme sont les adversaires de la religion et de ceux qui la pratiquent.

L'origine des espèces : faux livre d'une fausse religion

L'origine des espèces est considéré et vénéré par les darwinistes comme un livre "saint". Cependant, comme on l'a vu précédemment, L'origine des espèces est un gros ramassis incohérent d'observations, de doutes et d'incertitudes résultant de l'état d'esprit négatif de Darwin. Le livre n'est pas réellement un ouvrage scientifique, mais une simple compilation de déductions ; Charles Darwin lui-même avait de sérieuses réserves concernant son caractère scientifique. Dans une lettre à son ami L. Blomefield, il écrivit :

Il y a eu tellement de publications depuis la parution de L'origine des espèces que je ne pense pas conserver la puissance de l'esprit pour réduire la masse en un tout digeste… 49

Concernant le contenu du livre, un des amis intimes de Darwin, A. Sedgwick, lui répond :

J'ai lu votre livre avec plus de douleur que de plaisir. Il y a des parties que j'admire grandement, d'autres qui m'ont fait rire jusqu'à en avoir mal aux côtes ; d'autres parties que j'ai lues avec un grand chagrin car je pense qu'elles sont complètement fausses et vraiment malveillantes. Un grand nombre de vos conclusions générales sont fondées sur des suppositions qui ne peuvent être prouvées ou réfutées… Vous parlez de "sélection naturelle" comme si elle était faite curieusement par l'agent sélectionnant. 50

En dépit du fait que le livre était basé sur de nombreuses erreurs de logique, de suppositions irrationnelles et d'affirmations improuvables, on ne le remet généralement pas en cause aujourd'hui. Puisque L'origine des espèces fournit les fondements pour les philosophies matérialistes et athée, ces idéologies le considèrent comme un sauveur, ainsi que les croyances mal inspirées et les fausses religions du monde entier qui se basent sur une compréhension matérialiste de la vie. Bien que de nombreuses personnes n'aient aujourd'hui même pas lu le livre, un grand nombre d'institutions scolaires le considère comme base de la pensée moderne. Jack Barzun décrit l'importance de L'origine des espèces avec ces paroles :

Clairement, ceux qui croient et ceux qui ne croient pas à la sélection naturelle sont d'accord pour dire que le darwinisme a réussi en tant qu'orthodoxie, en tant que point de ralliement pour d'innombrables mouvements scientifiques, philosophiques et sociaux. Darwin a été l'oracle et L'origine des espèces le "point fixe avec lequel l'évolution à déplacé le monde". 51

Tandis que Darwin et son livre continuent d'être adulés, Henry M.Morris, dans son livre The Long War Against God (La longue guerre contre Dieu), montre à quel point L'origine des espèces est éloigné de la science :

En fait, on peut chercher en vain dans le livre entier la moindre preuve scientifique de l'évolution… Aucune preuve n'est donnée nulle part - aucun exemple n'est cité de nouvelles espèces connues pour être le produit de la sélection naturelle, aucunes formes de transition ne sont avancées, aucun mécanisme d'évolution n'est documenté. En réalité, le livre entier est remarquable pour son manque total de documentation. Tout n'est que spéculation, plaidoiries spéciales, suppositions ad hoc. Aucune des preuves des Origines ou de ses arguments n'ont tenu face à l'analyse critique moderne, même par d'autres évolutionnistes. On ne peut que s'émerveiller qu'un tel livre ait pu avoir une influence si profonde sur l'histoire ultérieure de la vie et de la pensée humaine. Il doit y avoir quelque chose de plus ici que ce qui frappe l'œil ! 52

Comme l'a deviné Henry Morris, il y a de nombreuses raisons différentes derrière l'influence qu'a eue L'origine des espèces sur l'histoire humaine. Dans toute l'histoire des sciences, aucun travail scientifique, correct ou non, n'a été adopté avec autant de passion et de fanatisme. Les découvertes révolutionnaires dans le monde scientifique de Newton et Einstein n'ont pas été suivies avec ce type de zèle. Ce n'est pas une conception scientifique qui est ici manipulée, mais une fausse religion qui est propagée par la force de la suggestion. Darwin est le fondateur de cette religion, et c'est lui qui a produit le livre soi-disant saint des évolutionnistes.

La religion du darwinisme est une religion païenne

Un grand nombre de personnes croit en la religion que Allah a révélée. D'autres croient en de fausses religions qu'ils ou que leurs sociétés ont créées ; elles croient en des totems, adorent le soleil ou attendent de l'aide des ovnis. De telles personnes sont appelées des païens. De ce qui a été traité jusqu'ici, on peut dire que la théorie de l'évolution fait partie des religions païennes dans lesquelles plusieurs dieux sont vénérés.

La principale divinité du darwinisme est la "coïncidence". Quel que soit l'ouvrage darwiniste qu'on lise, on y trouvera la mention de la force de cette idole, de ses capacités, de son expérience et de ses prévisions ; car les darwinistes croient que l'univers et tout ce qu'il contient, animé ou non, est apparu par hasard. Le soi-disant dieu appelé "coïncidence" est l'essence et la vie mêmes du darwinisme. Il est intéressant de noter que les darwinistes qui portent le titre de "scientifiques" parlent du même objet d'adoration et des mêmes doctrines que cette religion païenne. Par exemple, le zoologiste français Pierre P. Grassé, étant lui-même un évolutionniste passionné, attire l'attention sur ce fait : "Le hasard devient une sorte de providence, laquelle, sous le couvert de l'athéisme, n'est pas nommée mais est secrètement vénérée." 53

On rencontre aussi la même idole dans d'autres religions païennes. Dans les religions grecques, chinoises et indiennes, l'apparition des êtres vivants est également décrite en faisant référence à des événements hasardeux. Les religions mésopotamiennes antiques vénéraient de nombreuses idoles, espéraient de l'aide de ces amas de pierres, et croyaient qu'elles possédaient de grands pouvoirs. Selon ces religions, le hasard a crée les êtres vivants, par exemple par le débordement d'une rivière ou par un autre événement naturel. L'apparition de nouveaux organismes et d'espèces vivantes selon le darwinisme dépend également des phénomènes naturels comme des changements soudains de température ou des niveaux élevés de radiation. Cependant, la "coïncidence" du darwinisme n'est pas différente des autres dieux ; c'est un dieu auquel on attribue une conscience et une détermination !

Il en ressort que cette "coïncidence" a un but, car elle ne laisse rien au hasard. Cette idole est tellement presciente que, en commençant par les plus petits organismes, elle a crée chaque être vivant sur terre et planifié ses besoins futurs des millions d'années à l'avance. Elle a même prévu chaque événement qui allait survenir des millions d'années dans le futur et pense pouvoir y remédier sans ignorer le moindre détail.

Afin d'accomplir cela, le dieu appelé "coïncidence" utilise plusieurs méthodes ; une des plus importantes est l'usage de mutations. Une mutation désigne une altération ou un changement dans la molécule d'ADN (située dans le noyau d'une cellule vivante et portant l'information génétique) à cause de radiations ou de réactions chimiques. Les mutations causent habituellement des dommages que la cellule ne peut réparer. Par exemple, le mongolisme, le nanisme, la drépanocytose, les affaiblissements physiques et mentaux aussi bien que le cancer sont des exemples de la nature destructrice des mutations. Une mutation n'est donc pas quelque chose de magique qui perfectionne les êtres. C'est, il est clair, un processus nuisible qui provoque la mort, des affaiblissements et des maladies. Ce fait est reconnu par les scientifiques qui comparent les mutations aux tremblements de terre. 54

Les effets des mutations sont toujours négatifs ; néanmoins, les "coïncidences" produisent des résultats positifs et ordonnés ! Et on croit que le soi-disant dieu-coïncidence produit de la beauté, des créatures parfaites et un ordre magnifique. Par exemple, il peut créer les 100 milliards de cellules du corps humain sans erreur ni imperfection… Dans la création de cellules qui ressemblent à des usines, dans la production d'énergie, d'enzymes et d'hormones, dans le stockage de l'information de ce qu'il a produit dans la banque du noyau, ou dans la distribution de matières premières et de produits finis entre différents départements avec un laboratoire et un système de raffinerie qui analyse tout ce qui vient de l'extérieur et une membrane qui assure la qualité de tout ce qui est libéré, ce soi-disant dieu ne fait jamais d'erreur et ses plans ne sont jamais mis en défaut.

Les exemples de la force incomparable de cette divinité sont innombrables. Par exemple, des coïncidences rendent la vie d'un être vivant dépendante de son cœur et de son système circulatoire et, pour que le cœur accomplisse ses fonctions, ces coïncidences créent un système d'artères pour transporter le sang dans chaque partie du corps ; et tandis qu'elles font cela, elles n'oublie pas un système de veines pour ramener le sang au cœur. En même temps que tout cela, elles ajoutent le foie au système pour enlever le dioxyde de carbone du sang, et connectent le système complet au cœur. Elles savent que pour nettoyer le sang de ses impuretés, les reins étaient nécessaires et elles les créèrent immédiatement eux aussi…

Cette liste peut se rallonger. Pour que la vie de n'importe quelle créature se poursuive, un grand nombre d'organes doivent accomplir leurs fonctions à la perfection et en même temps en symbiose et en harmonie. Si ne serait-ce qu'un seul d'entre eux ne fonctionne pas correctement, la créature meurt en quelques minutes ou, au plus, quelques jours. Mais selon les évolutionnistes, le dieu-coïncidence, est pleinement conscient de cela dans la conception et la création des millions d'êtres complets et parfaits. Ce dieu a également créé les êtres humains suite à un long processus. Mais ne se contentant pas uniquement de créer les êtres humains, il conçut aussi toutes les choses possibles dont eux-mêmes, ou que leur progéniture sur des milliers de générations, auraient besoin. Pour subvenir aux besoins des générations à venir, il a créé le blé des milliers d'années auparavant ; et pour les besoins énergétiques des générations suivantes, il a créé le pétrole. En faisant du soleil une source d'énergie, il n'a pas oublié de créer des couches dans l'atmosphère pour protéger les êtres humains de ses rayons nocifs. Lorsqu'il a conçu le système respiratoire des êtres humains, il a créé également une atmosphère appropriée. Il a équilibré le système au point que la vie d'un seul être vivant dépend de celle d'un autre ; l'existence de l'oxygène dépend des plantes, les plantes de l'eau, l'eau de la chaleur atmosphérique ; tous ces systèmes dépendent de la rotation de la Terre, laquelle à son tour dépend de l'attrait gravitationnelle des corps célestes, des distances du soleil et de la lune, et de milliers d'autres détails. Chaque créature se nourrit d'une autre, et si l'une s'éteint, l'autre a des problèmes. Ainsi, les coïncidences ont un tel degré de conscience qu'elles ont pensé à chaque détail !

De plus, au fil du temps le soi-disant dieu-coïncidence a créé des millions d'espèces vivantes et leur a accordé des caractéristiques particulières. Selon les évolutionnistes, cette idole est ainsi faite qu'elle peut accomplir tout ce qu'elle veut. Si elle veut fabriquer un œil, elle le fait ; si elle veut fabriquer un bras, elle le fait également. Elle conçoit tout ce qu'elle veut ainsi que la manière de le faire, obtenant toujours des résultats toujours parfaits. Avant la formation de l'œil, des coïncidences ont créé deux espaces dans le crâne et y ont inséré deux sphères remplies de liquide qui laisse passer la lumière. Plus tard, elles ont établi deux cristallins devant ce liquide, lesquels peuvent facilement réfracter la lumière pour la projeter sur le fond de l'œil. Encore plus tard, afin que l'œil puisse voir l'espace environnant, elles ont créé les muscles optiques. Mais à ce stade, l'œil n'a toujours pas terminé, alors elles ont mis au point une rétine au fond de l'œil pour capter la lumière, avec des nerfs le connectant au cerveau, des glandes lacrymales pour éviter l'assèchement des yeux, et deux cils et deux sourcils pour protéger l'œil des poussières et d'autres corps étrangers. Ainsi le dieu du darwinisme a formé tous ces organismes parfaits au moyen des mutations - processus qui, dans des circonstances normales, produisent des monstruosités, apportent des maladies et des handicaps, et n'ont aucun effet positif sur les êtres vivants.

Selon la croyance évolutionniste, la divinité du darwinisme se préoccupe également de l'esthétique des choses qu'elle crée. Que la chose soit animée ou inanimée, elle fait attention que sa couleur, son apparence, son goût, son odeur et sa forme soient esthétiquement convenables. En créant un fruit ou un légume, elle le fait en prenant en compte son goût, son odeur, sa forme, ses vitamines, ses minéraux, ses calories et son contenu en sucre. Elle ne se satisfait pas de créer une fraise, mais elle lui fournit également son odeur séduisante et sa forme attirante. Et bien sûr, elle fabrique un sens du goût et des odeurs chez les êtres humains pour qu'ils prennent le plaisir de goûter à ces sensations. Le célèbre zoologiste français, Pierre-Paul Grassé, dit à propos de ce concept :

L'apparition opportune de mutations permettant aux animaux et aux plantes de subvenir à leurs besoins semble difficile à croire. Mais la théorie darwinienne est encore plus exigeante : une simple plante, un simple animal nécessiterait des milliers et des milliers d'événements chanceux et adéquats. Ainsi, les miracles deviendraient la règle : des évènements à la probabilité infinitésimale arrivent quoi qu'il advienne… Il n'y a pas de loi contre les rêveries, mais la science ne doit pas s'y adonner. 55

Ainsi, dans son essence de la religion darwiniste est une doctrine anti-scientifique, anti-intellectuelle et absurde. Si l'intellect humain a la capacité de comprendre qu'une construction complexe ne peut se former par hasard et qu'elle doit être le produit d'une conception intelligente, alors le darwinisme est diamétralement opposé à la raison humaine. Mais tout comme les païens primitifs qui, contrairement à la raison, vénéraient des idoles qu'ils avaient eux-mêmes fabriquées, les darwinistes, également indifférents à la raison humaine, adhèrent à leurs enseignements. Le célèbre biologiste moléculaire, Michael Denton, décrit cette situation intéressante :

Les programmes génétiques des organismes supérieurs comprennent une quantité d'information de l'ordre d'un milliard de bits, soit l'équivalent des séquences de lettres contenues dans une petite bibliothèque riche d'un millier de volumes. Ils contiennent, sous forme codée, des milliers d'algorithmes que commandent, spécifient et ordonnent la croissance et le développement des milliards et des milliards de cellules qui forment un organisme complexe : pour le sceptique, croire que ces programmes ont été élaborés par un processus purement aléatoire est tout simplement un affront à la raison. Mais le darwinien admet cette hypothèse sans l'ombre d'un doute - le paradigme a la préséance ! 56

On conclura qu'il y a grande similitude entre les croyances des darwinistes et celles des cultures antiques païennes. Tout comme les idolâtres croyaient que des idoles sans vie avaient le pouvoir de créer, les évolutionnistes et les matérialistes croient que la matière inerte, poussée par des événements aléatoires, a créé les êtres vivants, y compris eux-mêmes.

Ainsi la religion du darwinisme est fondée sur une illusion. Même son fondateur, Charles Darwin, était conscient que les êtres vivants complexes n'avaient pas pu apparaître par hasard. L'ordre parfait dans la nature lui a montré que chaque être existant possédait une conception magnifique. Darwin a exprimé ses doutes avec ces paroles :

Je ne peux cependant pas être satisfait de voir cet univers merveilleux, et particulièrement la nature de l'homme… J'ai tendance à voir toutes choses comme la conséquence de lois préconçues… Toutes ces lois peuvent avoir été conçues expressément par un Créateur omniscient, qui a prévu chaque événement et conséquence futurs. Mais plus je réfléchis, et plus je suis confus. 57

Je suis conscient que je me trouve dans une confusion totalement désespérée. Je ne peux imaginer que le monde, tel que nous le voyons, est le résultat du hasard ; et pourtant je ne peux voir chaque chose individuelle comme le résultat d'une conception. 58

Je peux donner de nombreuses illustrations plutôt frappantes et curieuses dans toutes les classes [d'êtres vivants] ; tellement que je pense que ce ne peut être le fruit du hasard. 59

L'impact de la religion dû aux activités missionnaires

Ceux qui disséminent une idéologie ou une religion sont généralement ses adeptes. L'influence du darwinisme à travers le monde s'est répandue grâce à ceux qui considèrent comme leur devoir de répandre leur religion par des activités missionnaires, un concept qui existe dans de nombreuses religions. Les missionnaires sont des personnes qui voyagent de place en place en prêchant leur religion, en recrutant des adeptes et en cherchant à mettre en place une organisation dans chaque région. Le but fondamental des missionnaires est d'enseigner une manière de penser qui se conforme à leur religion, en cherchant à modeler la manière de penser des autres et en leur faisant partager leurs valeurs et leurs jugements.

Le plus grand but des missionnaires darwinistes est de créer une société qui partage la même vision de la vie que la leur ; en réalité, une société dans laquelle chaque institution, et en particulier le système éducatif, est fondée sur leurs principes. Ils visent à conditionner les générations humaines successives à la négation de l'existence d'Allah, à ce qu'elles acceptent la vision matérialiste de la vie, qu'elles vénèrent les idoles actuelles, et qu'elles adhèrent aveuglément à cette fausse religion malgré son inintelligibilité et son illogisme. Avec cela à l'esprit, il est important que les personnes choisies possèdent les qualités requises d'un missionnaire. Ces personnes doivent être celles qui soutiendront matériellement et spirituellement la religion et qui seront capables d'influencer plus tard d'autres personnes et de s'adresser à de larges masses.

Les missionnaires du darwinisme peuvent exercer n'importe quelle profession et avoir fait des études ou non, car il n'est pas requis qu'ils aient un bagage scientifique ou un niveau élevé d'éducation. On l'a vu, Charles Darwin lui-même n'était pas un vrai scientifique, c'était une personne qui avait étudié la théologie avant de se détourner de la religion. Parmi ceux qui jouèrent un rôle important dans la propagation de sa théorie, Charles Lyell était avocat, William Smith géomètre expert, James Hutton agriculteur, John Playfair mathématicien, Robert Chambers journaliste et Alfred Russel Wallace fit un court apprentissage du métier d'ingénieur. 60

Darwin considérait ces hommes comme ses soldats, se battant pour lui dans l'arène sociale, car il n'aimait pas être lui-même impliqué dans de telles activités. L'idée de parler ou de débattre en public le rendait malade. Richard Milner, un célèbre évolutionniste d'une période ultérieure qui a étudié en détail la vie de Darwin, a décrit ces gens comme la "bande des rebelles de Darwin".

Au fil du temps, le nombre de missionnaires a augmenté, et la propagation de la religion de Darwin à travers le monde est devenue un idéal, soutenu par des gens issus de toutes les classes sociales. Parmi ceux-ci le premier qui vient à l'esprit est Thomas Huxley, connu sous le nom de "bouledogue" de Darwin, son fils Julian Huxley et Theodosius Dobzhansky ; plus récemment, on comptent parmi eux Richard Dawkins et Stephen Jay Gould. Ce qu'il y a de plus frappant chez ces hommes est qu'en dépit de son irrationalité (qu'ils admettent dans leurs confessions), ils refusent d'abandonner leur allégeance au darwinisme. Dans chaque domaine de leur vie, dans leurs écrits et leurs conversations, ils défendent toujours la théorie de l'évolution. Ils ont été défiés ouvertement à plusieurs reprises de prouver sa validité, mais obstinés dans leur attachement aveugle à la théorie, ils ont chaque fois recourt à la démagogie pour contourner le problème et affirmer avoir raison. Dans chaque confrontation, ils ont adopté une position agressive face à leurs opposants en les insultant et en les ridiculisant.

Leurs plus grands alliés sont ces médias qui reprennent la ligne évolutionniste. Ces organisations font de leur devoir de communiquer le message du darwinisme à tout un chacun. En fait, ce sont les médias qui permettent au dogme de l'évolution d'avoir une telle influence, soutenus par les scientifiques évolutionnistes qui leur fournissent les interprétations et les soi-disant données scientifiques, exploitant ainsi le respect et la confiance que la société a envers les scientifiques.

Dans chaque pays, on retrouve des similitudes dans les méthodes employées par les missionnaires darwinistes. Pour brouiller la vision des gens, ils utilisent deux stratagèmes différents. Le premier est l'interprétation du darwinisme et la présentation de sa doctrine à travers les livres et les médias. Les articles traitant de sujets darwinistes apparaissent continuellement dans les journaux et les magazines, articles dans lesquels l'exactitude scientifique n'a que peu d'importance ; la chose importante est d'éloigner les gens du sujet de la création et de les accoutumer à l'idée d'évolution.

Le sens moral déviant du darwinisme

La seconde méthode utilisée est la suggestion indirecte. Le darwinisme dit aux gens: "Vous n'êtes responsables de personne, car vous devez votre vie au hasard. Dans le combat pour la survie, vous devez peut-être écraser les autres ; ce monde est un monde de conflit et d'intérêt personnel". C'est-là le message donné par les concepts biologiques du darwinisme comme la "sélection naturelle", "les mutations aléatoires", "le combat pour la survie", "la survie du plus fort" etc. Dans de nombreuses sociétés, cette suggestion est aujourd'hui gagnante, et la plupart des gens vivent en la suivant. Ils vivent dans ce monde afin d'avoir un bon travail, leurs propres biens, afin de gagner de l'argent, de se divertir et ils excellent dans le combat pour la vie. Les gens avec cet état d'esprit ne se demandent pas pourquoi ils existent, ni ne réfléchissent à l'existence d'Allah. Ils ne ressentent aucune responsabilité envers Allah, leur Créateur. La plupart d'entre eux n'ont même jamais entendu parler de la théorie de l'évolution ou des idées de Darwin, mais ils ont la même vision de la vie que les darwinistes.

La suggestion cachée du darwinisme est une sorte de code de moralité qui maintient son emprise sur la société en général. Même si le nombre de missionnaires dans la société est faible, ce sont eux qui influencent le cours des idées. Ce groupe est puissant dans les milieux universitaires, dans certaines institutions scientifiques, et dans chaque secteur social. Il oriente la société, détermine la politique d'éducation et forme la conscience publique, assistée par les médias. Et il est composé majoritairement d'athées évolutionnistes.

Bien qu'un grand nombre de personnes ne se soucient pas de la question de leurs origines, la plupart de ceux qui réalisent des films, publient des journaux et des magazines, de ceux qui dominent les théâtres, les centres artistiques, les maisons d'édition et l'industrie musicale, qui se considèrent eux-mêmes comme "éclairés", croient au darwinisme comme les adeptes d'une religion. En conséquence, quand une jeune personne va à l'université, elle se retrouve sous l'influence d'enseignants darwinistes ; quand elle va dans une foire aux livres, elle trouve des livres darwinistes prônant l'athéisme ; au théâtre ou dans une galerie d'art les esprits sont sollicités par les mêmes messages. Ainsi, une faction anti-religieuse maintient le secteur éducatif de la société sous son influence en vue de se propager de génération en génération.

Les victimes de ce conditionnement croient que le darwinisme est un fait scientifique. Ils l'acceptent aveuglément et considèrent la vraie religion comme une croyance traditionnelle épousée par des groupes d'ignares, comme cela est décrit dans le Coran :

Et lorsqu'on leur dit : "Qu'est-ce que votre Seigneur a fait descendre ?" Ils disent : "Des légendes anciennes !" (Sourate an-Nahl, 24)

Cependant, la vraie religion, c'est-à-dire l'Islam, n'a rien à voir avec des traditions ; c'est la vérité absolue révélée par Allah, qui a créé et guidé l'humanité. Ceux qui ont été trompé par le darwinisme ont une conscience aveugle dans la mesure où ils sont incapables de comprendre cette vérité. Afin d'exposer cette fausse religion et de lever le voile d'insouciance qui est tombé sur la société, le darwinisme et les philosophies matérialistes doivent être invalidés par des méthodes scientifiques.

La religion du darwinisme a des tabous qui ne doivent pas être questionnés

Sans se soucier du fait que la religion darwiniste est simplement un produit de la démagogie, elle est parvenue à s'imposer dans la société. Les gens ne se sentent pas capables de la questionner, car il est interdit de poser des questions ; cette religion exige une foi inconditionnelle.

Pour être darwiniste il est nécessaire de croire que les êtres vivants se sont formés à partir de matière inerte, que les reptiles ont commencé à voler suite à une succession de coïncidences, que les organismes complexes comme les cellules, les yeux et les oreilles sont apparus grâce au hasard, que les créatures marines comme les baleines ont évolué à partir de mammifères comme les ours qui ont plongé dans la mer à la recherche de nourriture, que les dinosaures qui couraient après des mouches ont développé des ailes et sont devenus des oiseaux. Il est évident que ces suppositions sont illogiques et déraisonnables. Celui qui lit ces lignes peut penser que puisque des scientifiques respectables croient en ces choses, c'est qu'il doit y avoir des preuves. Mais il n'existe pas la moindre preuve - il n'y a que des suppositions, des conjectures, des probabilités et des caprices. La décision concernant ces faits ayant déjà été prise, maintenant il est nécessaire de seulement y croire.

Tout ce qui est nécessaire pour que les gens croient en cette religion est un simple article dans un magazine ou un livre ou un court film documentaire. Même si quelqu'un le désire, il ne peut poser de questions ni examiner les fossiles qui confirment les formes soi-disant transitionnelles ou les dessins et les illustrations truqués qui affirment être de vraies représentations. Il ne peut mener d'expériences, comme l'expérience de Miller dont l'invalidité a été prouvée par le progrès de la science.61 Ceux qui sont impliqués dans ce type d'initiative sont immédiatement exclus des milieux scientifiques par les missionnaires darwinistes ; en fait, ils sont "excommuniés". Toute personne possédant un savoir scientifique minimal sait qu'il n'y aurait pas assez de temps pour qu'un poisson puisse venir sur terre ferme et s'accoutumer à son nouvel environnement, et qu'il mourrait rapidement. N'importe qui ayant étudié la structure complexe d'une cellule comprendra que cet organisme miraculeux n'a pas apparu via des coïncidences. Il réalisera qu'un reptile ne peut pas par le seul hasard développer d'ailes et voler. Perçus avec un bon sens, de tels faits seront prouvés par tout type d'expérience et d'observations. Mais les gens dont les esprits ont été embrouillés par la doctrine darwiniste ne veulent pas réfléchir à de telles choses ; ils sont effrayés d'y penser.

Malgré tout, c'est seulement en réfléchissant, en enquêtant et en observant qu'une personne sera capable de voir la vérité, de s'éloigner des préjugés et de surmonter les tabous. Afin de comprendre que Allah a créé l'univers, les gens doivent réfléchir avec soin à la création des cieux et de la terre. Quand on se libère de ses préjugés, la seule conclusion qui s'impose est qu'il y a un Créateur Suprême. Dans le Coran, Allah montre l'importance d'avoir recours à la raison:

Certes la création des cieux et de la terre, dans l'alternance de la nuit et du jour, dans le navire qui vogue en mer chargé de choses profitables aux gens, dans l'eau que Allah fait descendre du ciel, par laquelle Il rend la vie à la terre une fois morte et y répand des bêtes de toute espèce, dans la variation des vents, et dans les nuages soumis entre le ciel et la terre, en tout cela il y a des signes, pour un peuple qui raisonne. (Sourate al-Baqarah, 164)

Qui, debout, assis, couchés sur leurs côtés, invoquent Allah et méditent sur la création des cieux et de la terre (disant) : "Notre Seigneur ! Tu n'as pas créé cela en vain. Gloire à Toi ! Garde-nous du châtiment du feu." (Sourate al-Imran, 191)

Les leaders darwinistes sont conscients que la liberté de pensée signifiera la fin de leur théorie de l'évolution, et pour cette raison ils découragent la réflexion. La méthode qu'ils utilisent est de suggérer aux gens que les aspects soi-disant scientifiques de cette religion sont très complexes et très difficiles à comprendre. Ils utilisent une terminologie incompréhensible, des mots latins et des comparaisons scientifiques mal à propos, et ils insistent sur le fait que de telles choses ne peuvent pas être comprises par les gens ordinaires. Les gens sont ainsi persuadés, décident dès le départ qu'ils ne peuvent pas comprendre et que les bases du darwinisme ne sont à la portée de personnes d'autres que des grands hommes de science. Afin d'éviter toute gêne, la chose la plus logique, telle qu'ils la voient, est d'accepter ce qu'on leur dit. Une hiérarchie a donc été établie entre les chefs de la religion et les partisans, et chacun connaît sa place.

Mais en dépit de toutes les précautions, interdictions et obstacles, les darwinistes ne peuvent empêcher leurs adeptes d'être en proie aux doutes, car leur environnement leur fournit des milliers de preuves quant à une intelligence suprême à l'origine de la création. Pour montrer l'égarement du darwinisme, il est suffisant de contempler l'ordre parfait du monde, les caractéristiques particulières de chaque être vivant, la précision éblouissante dans toutes les créatures, du simple atome aux galaxies, la structure complexe de chaque organisme vivant, la beauté de la nature, l'odeur de la rose ou le goût d'un fruit.

Lorsque les avancées scientifiques ont prouvé l'invalidité de la théorie de l'évolution, de nombreux scientifiques ont dû reconnaître ce fait de diverses manières. Les darwinistes ont fait tout leur possible mais ils n'ont pu dissimuler les vérités d'évidence. Plus ils essaient de donner leur sens aux faits objectifs de la création, et plus les discussions, les livres et la recherche scientifique invalidant le darwinisme augmentent et se diffusent.

Par conséquent, les missionnaires darwinistes reviennent à leur mesure d'urgence la plus importante - la falsification.

La falsification, comme base du raisonnement darwiniste

Pour soutenir leur théorie et ses affirmations fondamentales, les évolutionnistes ont souvent eu recours à la falsification. C'est la seule manière plausible de supprimer les doutes, car ils réalisent que, passé un certain point, leurs paroles vides et leur démagogie n'ont plus d'effet. Les gens attendent des preuves documentées, mais la seule preuve que les darwinistes peuvent donner est une fausse preuve. Il n'y a pas d'autre recours pour ceux qui propagent un processus imaginaire que de cacher les nouvelles découvertes, de détruire les preuves ou de les déformer pour soutenir la théorie de l'évolution.

Une de leurs méthodes consiste à utiliser des dessins fantastiques pour soutenir la proposition du soi-disant homme-singe. Dans le passé, ils esquissaient des illustrations fantaisistes, et maintenant, avec l'aide d'ordinateurs, ils produisent de nouvelles images d'homme-singe. Mais leur seule source d'inspiration reste l'imagination, car ils n'ont aucune preuve scientifique. Par conséquent, ils inventent des "preuves" pour soutenir leur théorie. Allah nous avertit :

Et ceux qui ont mécru se disputent avec de faux arguments, afin d'infirmer la vérité et prennent en raillerie Mes versets (le Coran) ainsi que ce (châtiment) dont on les a avertis. (Sourate al-Kahf, 56)

Les darwinistes ont commis des falsifications considérables qui sont passés dans l'histoire comme scandales. Par exemple, le crâne de l'Homme de Piltdown, découvert en 1912 et qui a trompé le monde jusqu'en 1953, s'est avéré être un faux fossile fabriqué par un évolutionniste à partir d'un crâne humain auquel il a ajouté la mâchoire d'un orang-outang. Les dents ont été ajoutées plus tard et arrangées de telle façon à donner l'impression qu'elles étaient humaines ; une fois en place, elles ont été alignées à l'endroit où elles joignent la mâchoire. Puis toutes les parties ont été teintées avec du dichromate de potassium pour donner l'impression de l'ancienneté. Les évolutionnistes ont exhibé ce fossile pendant quarante ans au British Museum, le plus célèbre du monde. Pendant quarante ans, le monde scientifique a été berné. 62

Une autre falsification intéressante porte le nom d'un biologiste allemand, Ernst Haeckel, un ami et contemporain de Darwin. Pour soutenir sa théorie "L'ontogénie récapitule la phylogénie", il a fait des dessins trompeurs qui montraient un embryon humain et un embryon de poisson comme s'ils étaient identiques. Il a ajouté quelques trucages à certains dessins d'embryons et supprima d'autres parties. Quand cela s'est su, il s'est défendu en disant simplement que d'autres avaient fait des falsifications similaires :

Après cette confession compromettante de "falsification" je devrais me considérer comme condamné et annihilé si je n'avais pas la consolation de voir à côté de moi sur le banc des accusés des centaines de coupables, dont un grand nombre fait partie des observateurs les plus éprouvés et des biologistes les plus estimés. La grande majorité des diagrammes des meilleurs manuels, traités et journaux de biologie devraient encourir la même charge de "falsification", car ils sont tous inexacts, et sont plus ou moins falsifiés, schématisés et fabriqués. 63

Seuls quelques cas de ces falsifications ont été rapportés dans la presse ; pour en savoir plus, un examen de l'histoire des évolutionnistes révéla beaucoup d'autres exemples : des dessins farfelus, de fausses reconstructions, des altérations de fossiles… le but de ces falsifications était de revitaliser la théorie en lui apportant le plus de soutien possible - soutien qui ne peut se trouver dans des preuves scientifiques. Ces falsifications sont des preuves importantes que l'évolution est une religion dogmatique et que ses partisans sont des fanatiques qui ne s'arrêteront devant rien pour la défendre.


NOTES

30. Darwin's Century, p. 283
31. La lettre de Charles Darwin à C. Lyell, le 23 novembre 1859, citée dans Francis Darwin, The Life and Letters of Charles Darwin, New York; D. Appleton and Company, 1888, p. 25
32. Pour plus de détails sur la chute du darwinisme face à la science voir les livres de Harun Yahya : Le mensonge de l’évolution : l'effondrement scientifique du darwinisme et son arrière-plan idéologique, Editions Essalam, Paris, 2002 et Darwinism Refuted: How the Theory of Evolution Breaks Down in the Light of Modern Science, Goodword Books, New Delhi, 2003
33. The Life and Letters of Charles Darwin, vol. II, p. 501
34. The Life and Letters of Charles Darwin, vol. I, p. 395
35. The Life and Letters of Charles Darwin, vol. II, p. 25
36. Charles Darwin, L’origine des espèces, GF Flammarion, Paris, 1992, p. 223
37. Charles Darwin and the Problem of Creation, p. 2
38. H. S. Lipson, "A Physicist's View of Darwin's Theory", Evolution Trends in Plants, vol. 2, no. 1, 1988, p. 6
39. The Evidence for Creation: Examining the Origin of Planet Earth, p. 94
40. The Long War Against God, p. 178
41. Pape Léon XIII, Humanum Genus, Encyclique sur la franc-maçonnerie, propagé le 20 avril 1884, www. newadvent.org/docs/le13hg.htm
42. Freemasonry Today, automne 1999, no. 9, p. 5
43. The Long War Against God, p. 198. L’organisation "Illuminati" établie en Bavière, Allemagne en 1776 était une sorte de loge maçonnique. Le fondateur de la loge, Adam Weishaupt (d’ascendance juive) avait établi la liste des objectifs de l’organisation comme suit : 1) L’abolition de toutes les monarchies et des gouvernements méthodiques, 2) L’abolution des propriétés personnelles et de l’héritage, 3) L’abolition de la famille et du mariage et l’établissement d’un système éducatif communautaire pour les enfants, 4) L’abolition de toutes les religions théistes. (Voir Eustace Mullins, The World Order: Our Secret Rulers, p. 5 ; Lewis Spence, The Encyclopedia of the Occult, p. 223)
44. The Long War Against God, p. 198
45. 10.000 Famous Freemasons, vol. 1, p. 285
46. Les biologistes évolutionnistes reconnaissent désormais que les variations appelées “micro-évolution” ne causent pas la “macro-évolution”. Autrement dit, elles ne constituent pas une explication à l’origine des espèces. Le célèbre paléontologue évolutionniste Rower Lewin décrit la conclusion à laquelle un symposium de quatre jours ayant eu lieu au musée Field d’histoire naturelle de Chicago en 1980 en ces termes : “La question centrale de la conférence de Chicago était de savoir si les mécanismes sous-jacents à la micro-évolution pouvaient être extrapolés pour expliquer le phénomène de la macro-évolution. ... La réponse se résume à un non catégorique.”
47. R. Lewin, "Evolutionary Theory Under Fire", Science, vol. 210, 21 novembre 1980, p. 883
48. Defeating Darwinism by Opening Minds, p. 99
49. Darwin on Trial, p. 155
50. The Life and Letters of Charles Darwin, vol. II, p. 388
51. The Life and Letters of Charles Darwin, vol. II, pp. 42-43
52. Darwin, Marx, Wagner, p. 69
53. The Long War Against God, p. 156
54. Evolution of Living Organisms, p. 107
55. Origins?, p. 7
56. Evolution of Living Organisms, p. 103
57. Michael Denton, Evolution : Une théorie en crise, Flammarion, 1992, p. 362
58. The Life and Letters of Charles Darwin, vol. II, p. 105
59. The Life and Letters of Charles Darwin, vol. II, p. 146
60. The Life and Letters of Charles Darwin, vol. I, p. 455
61. The Long War Against God, p. 191
62. Pour plus de détails voir Darwinism Refuted: How the Theory of Evolution Breaks Down in the Light of Modern Science, Goodword Books, New Delhi, 2003.
63. Pour plus de détails voir Harun Yahya, Le mensonge de l’évolution, Editions Essalam, Paris, 2002