UNE RAGE FANATIQUE: LE RACISME


"Quand ceux qui ont mécrus eurent mis dans leurs cœurs la fureur, [la] fureur de l'ignorance… Puis Allah fit descendre Sa quiétude sur Son Messager ainsi que sur les croyants, et les obligea à une parole de piété, dont ils étaient les plus dignes et les plus proches. Allah est Omniscient." (Sourate 48, "al-Fath", La victoire éclatante, v. 26)

La majorité des conflits, des affrontements et des guerres civiles qui existent dans le monde naissent de la haine raciale. Qu'il soit question de l'agressivité d'un blanc envers un noir, de l'idéal nazi qui voulait une race pure ou des guerres tribales en Afrique, le facteur commun est toujours le même: le fanatisme.

L'incompréhension suggère qu'une race particulière est, mentalement ou physiquement, supérieure à une autre. Par conséquent, la race dite supérieure ne doit avoir aucune pitié, compassion ou respect envers la race dite inférieure. Ce raisonnement poussé à l'extrême laisse entendre que la coexistence de ces races est nuisible. C'est là une approche cruelle puisqu'elle suggère que la variété de nation(alité)s est inutile et elle sous-entend en même temps que l'élimination de différentes races devient obligatoire.

Dans le Coran, Dieu déclare que les différentes nations et tribus existent afin que les "peuples se rencontrent". La multiplicité des nations, des races, des tribus et des langues est une belle spécificité de la création de Dieu. Encourir la colère d'autrui parce qu'on est plus petit ou plus brun de peau est inacceptable. Chacune de ces particularités est l'œuvre de Dieu avec sa beauté, son objectif et son secret uniques. Un croyant est bien conscient que le seul critère de noblesse qui différencie les hommes, c'est la crainte qu'ils éprouvent envers Dieu, comme le verset suivant nous le rappelle clairement:

"Ô hommes! Nous vous avons créés d'un mâle et d'une femelle, et Nous avons fait de vous des nations et des tribus, pour que vous vous entre-connaissiez. Le plus noble d'entre vous, auprès d'Allah, est le plus pieux. Allah est certes Omniscient et Grand Connaisseur." (Sourate 49, "al-Houjourât", Les appartements, v. 13)

Les racines pseudo-scientifiques de cette compréhension raciste méritent une attention particulière puisque beaucoup de fausses idéologies reposent dessus. Le matérialisme, le communisme et le capitalisme sauvage s'appuient notamment sur la théorie de l'évolution de Darwin. Son application touche le domaine de la biologie et de la société.

La base pseudo-scientifique du racisme

Lorsque Darwin présenta pour la première fois sa théorie, les scientifiques de son époque émirent des réserves. Les paléontologues, en particulier, étaient conscients que cette théorie n'était pas moins que le fruit de son imagination. Malgré cela, Darwin put accéder aux cercles scientifiques parce que sa théorie apportait un fondement idéologique sans précédent aux puissances du 19ème siècle.

Avec la circulation rapide de l'idée de l'évolution - à travers la publication de l'ouvrage de Darwin, L'origine des espèces - les Européens continuèrent à coloniser les continents et les civilisations dans les parties reculées du globe. Les pays européens, principalement le Royaume-Uni et la France concentrèrent leurs efforts sur le Sud asiatique et l'Amérique latine ainsi que sur le continent africain. Au même moment, en Amérique du Nord les peuples indigènes étaient massacrés. La seconde partie du 19ème siècle se résuma à un vaste pillage des civilisations étrangères par les empires occidentaux. Ils se saisirent du pouvoir dans les pays où ils n'avaient aucun droit, en recourrant à la force, à la terreur et en confiscant les ressources naturelles. Les occidentaux ressentaient le vif besoin de légitimer leurs pratiques illégitimes. C'est pourquoi, le darwinisme se présentait comme une réelle opportunité pour les impérialistes. Grâce à cette théorie, il était alors possible de conférer une dimension "scientifique" à l'exploitation naturelle des "espèces animales".

Dans son ouvrage The Descent of Man (La descendance de l'homme), publié en 1871, Darwin expose clairement son point de vue sur les origines de l'homme. Il commente audacieusement que l'homme descend d'ancêtres singes. Il alla plus loin en affirmant qu'il existe des races humaines situées à différents stades d'évolution, à savoir que les races européennes étaient les plus avancées de toutes et que d'autres portaient encore des caractéristiques simiennes.

La théorie de Darwin portait également un autre aspect. Selon lui, le développement des êtres vivants s'est fait par le procédé de "sélection naturelle". Dans cette lutte, le plus fort vainc toujours le plus faible, c'est ainsi que le progrès se met en place dans la nature.

Darwin soutenait que ce procédé de sélection naturelle s'applique aussi aux races humaines. Même le sous-titre de son œuvre, L'origine des espèces, contient une forte connotation raciste: il s'intitule "L'origine des espèces par les moyens de la sélection naturelle ou la préservation des races favorisées dans la lutte pour la survie".

Selon Darwin, la race favorisée était celle des européens. Ceux qui étaient natifs d'Amérique, les Africains ainsi que les autres constituaient les races primitives en marge du processus d'évolution. Dans le cadre de ce raisonnement, il est légitime de domestiquer, de réduire en esclavage et même d'exécuter un individu appartenant à une race inférieure; tout comme il est légitime d'agir de la sorte avec les singes ou les autres animaux. C'est pour cette même raison que Darwin pensait que leurs biens pouvaient également être confisqués. Voici les propos de Darwin au sujet des races inférieures:

"Dans un futur relativement proche, dans quelques siècles, les races civilisées extermineront et remplaceront certainement les races sauvages à travers le monde. Par la même, les singes anthropomorphes seront sans aucun doute exterminés. La rupture entre l'homme et ses plus proches alliés sera encore plus profonde."16

Ces propos certifient que Darwin était raciste. Il estimait que les Européens étaient supérieurs aux autres peuples et qu'ils étaient donc en droit de les réduire en esclave et de les annihiler.

L'adaptation de la théorie de l'évolution aux sociétés correspond au darwinisme social. Il contribua largement à l'impérialisme et au racisme. L'Allemagne fut l'un des pays qui embrassa avec le plus de virulence le darwinisme social.

Les nazis et le darwinisme

Il n'est en rien question de coïncidence lorsque les néonazis s'inspirent de la théorie de l'évolution de Darwin, puisque depuis sa conception, le darwinisme a toujours été indissociable de l'idéologie nazie.

Le nazisme naquit après la défaite de la première guerre mondiale en Allemagne. Adolphe Hitler, l'un des fondateurs et dirigeant du parti nazi allemand était un homme ambitieux et agressif qui basait sa perception de la vie sur le racisme. Hitler croyait fermement à la supériorité de la "race maître" aryenne. Il était résolument convaincu que cette race devait diriger les autres nations. Il se consacra alors à l'établissement d'un "troisième Reich" pan-germanique, qui selon lui durerait trois mille ans. L'appui scientifique des théories racistes d'Hitler venait de la théorie de l'évolution de Darwin.

Hitler était fortement influencé par Heinrich von Treitschke, un historien allemand qui avait développé ses opinions racistes sous l'influence de la théorie de Darwin. Il soutenait que les nations ne pouvaient progresser qu'à travers une compétition sauvage similaire à la "sélection naturelle" proposée par Darwin. Ce passage de Treitschke reflète bien sa position quant aux autres races:

"Les races jaunes n'ont aucune compréhension de l'habilité artistique ou de la liberté politique. C'est le lot des races noires de servir les blancs et d'être la cible de la haine des blancs pour l'éternité…"17

Hitler s'inspira de l'idée de sélection naturelle de Darwin pour formuler ses théories. Preuve en est le titre de son célèbre ouvrage Mein Kampf (Ma lutte). Hitler partageait les points de vue de Darwin et tout comme lui, il considérait les races non européennes telles des créatures semblables aux singes:

"Retirez les Allemands nordiques et il ne reste rien que plus que la danse des singes."18

Les idées évolutionnistes des Nazis conduisirent à l'adoption d'une partie du concept de l'eugénisme, c'est-à-dire "l'amélioration par la science de l'espèce humaine en contrôlant et transmettant les caractéristiques héritées souhaitées". Cependant, les Nazis traduisirent ce concept, qui dominait dans toute l'Europe même dans les sociétés soit-disant libérales telles que la Suède, en une interdiction pour les infirmes et les malades mentaux de s'accoupler quitte à les stériliser. Sans surprise, Léonard Darwin, fils de Charles Darwin et Francis Galton, son cousin sont les darwinistes qui furent à l'origine de cette théorie.

En Allemagne, Ernst Haeckel, célèbre biologiste évolutionniste fut l'un des premiers à adhérer à l'eugénisme et à le propager. Haeckel discutait continuellement ses opinions avec Darwin, son ami proche. Il suggéra d'accélérer le processus de l'évolution en tuant les bébés infirmes et en d'éliminant tous les patients souffrant de la lèpre ou du cancer ainsi que les malades mentaux afin qu'ils ne soient pas des fardeaux pour la société.

Une fois au pouvoir, Hitler incorpora les idées de Haeckel à sa politique officielle qui se traduisit par une mesure immédiate: interner dans des centres spéciaux les malades mentaux, les infirmes, les aveugles ainsi que ceux souffrant de maladies héréditaires. L'explication avancée était que ces personnes polluaient la pureté de la race aryenne et empêchaient le "progrès de l'évolution". Après la mesure d'isolation, Hitler donna l'ordre d'exécuter en secret toutes les personnes internées.

Après la défaite de la seconde guerre mondiale, le troisième Reich entra dans l'histoire, avec ses millions de victimes. Pourtant, le darwinisme social qui était à la base de l'idéologie nazie perdure.

Beaucoup sont informés de ce qui a été dit jusque-là, mais très peu se rendent compte que ces événements historiques ont encore des répercussions. L'exécution cruelle d'individus à cause de leur état mental ou physique révèle bien la maladie et la perversité de ses auteurs. L'athéisme explique ces tendances maladives et perverses. Aussi longtemps qu'elle prévaudra, il faudra s'attendre à toutes les formes de perversions. Les millions d'adhérents qui se laissent détourner par ces hommes à l'esprit malade est un autre signe d'incroyance.

Le croyant qui craint Dieu et place sa confiance en Lui sait qu'Il est Tout-Puissant et c'est pourquoi il ne se détourne jamais de la ligne de conduite prônée par le Coran. Par ailleurs, il s'efforce également avec courage et zèle de sortir les individus de l'esclavage des tyrans, de les mettre en garde et de les guider. Par exemple, le prophète Moïse, paix sur lui, combattit seul Pharaon, qui avait la même mentalité dictatoriale et raciste qu'Hitler ou Mussolini. Il réussit à sauver les Enfants d'Israël de sa loi cruelle. Le Prophète Moïse fut soutenu par sa profonde foi en Dieu et par les valeurs que cette foi lui conférait. Les mots de Moïse adressés à Pharaon témoignent clairement de sa foi en Dieu et de la confiance qu'il plaçait en Lui:

"Puis, après eux, Nous avons envoyé Moïse avec Nos miracles vers Pharaon et ses notables. Mais ils se montrèrent injustes envers Nos signes. Considère donc quelle fut la fin des corrupteurs. Et Moïse dit: 'Ô Pharaon, je suis un messager de la part du Seigneur de l'Univers, je ne dois dire sur Allah que la vérité. Je suis venu à vous avec une preuve de la part de votre Seigneur. Laisse donc partir avec moi les Enfants d'Israël'." (Sourate 7, "al-A`râf", Les murailles, v. 103 à 105)

La violence due au racisme en Afrique

Depuis des années, le continent africain est le théâtre de guerres, de famine et de misère. En raison des conflits d'intérêts, les conflits sont permanents dans cette région. Jusqu'en 1950, les peuples africains subirent toutes les formes de violences et de politiques racistes possibles. Dans les années 50, le continent comptait seulement quatre pays officiellement reconnus indépendants. Ce chiffre passa à trente en 1962. À quelques exceptions près, le continent était entièrement indépendant en 1972. En réalité, l'indépendance ne fut rien d'autre qu'une façade pour les populations. Elle se limitait à remplacer les anciens pouvoirs impérialistes par des dictateurs autoritaires qui, par ailleurs, entretenaient d'étroites relations avec les anciens colonisateurs, à savoir les pays occidentaux. Cette indépendance ne libéra pas ces pays mais les fit sombrer dans une pauvreté et une violence plus sombres encore que celles qui existaient pendant la période coloniale. Les dictateurs provoquèrent certaines ethnies, déstabilisèrent leurs pays respectifs et prirent le pouvoir pendant ces périodes de confusion. En réaction à cela, le peuple s'unit pour tenter de renverser les régimes dictatoriaux.

Au Zaïre, la guerre entre les deux tribus, Houtous et Toutsis est un exemple typique des affrontements entre races au 20ème siècle. Le conflit commença au printemps 1997. L'onde des affrontements se propagea à cinq pays voisins: le Zaïre, le Rwanda, l'Ouganda, le Burundi et la Tanzanie.

Dans cette région rongée par la corruption, l'indépendance de 1960 soulagea à peine la pression politique des États Occidentaux impérialistes. Joseph Mobutu, appuyé par les États-Unis, prit le pouvoir en 1964 et donna accès à toutes les ressources naturelles disponibles dans son pays aux États-Unis. Mobutu adoptait des mesures despotiques visant à étouffer les demandes de son peuple. Il était occupé à augmenter sa fortune personnelle au lieu d'améliorer le bien être de son peuple. Lorsque l'inflation atteignit des taux avoisinant les 6000%, de violents affrontements éclatèrent entre les deux tribus dominantes de la région. Le génocide provoqué par cette guerre tribale fit près d'un demi-million de victimes, mortes suite aux tortures, aux combats, aux famines, aux épidémies. Parmi les victimes innocentes, les bébés et les enfants en bas âge ne furent pas épargnés.

Les guerres interraciales aveuglées par le fanatisme mettent souvent en scène des horreurs. Dans le Coran, Dieu attire notre attention sur la fureur des ignorants:

"Quand ceux qui ont mécru eurent mis dans leurs cœurs la fureur de l'ignorance... Puis Allah fit descendre Sa quiétude sur Son Messager ainsi que sur les croyants, et les obligea à une parole de piété, dont ils étaient les plus dignes et les plus proches. Allah est Omniscient." (Sourate 48, "al-Fath", La victoire éclatante, v. 26)

Que ce soit en Afrique ou ailleurs, il n'est possible d'endiguer ces mouvements racistes qu'à travers les principes de la religion juste et par leur application.


NOTES

16. Charles Darwin, The Descent of Man (La Descendance de l'Homme, 2ème édition,New York, A L. Burt Co., 1874, p. 178
17. Alaeddin Senel, Irk ve Irkçilik Düsüncesi (De l'idée de la race et du racisme), Ankara: Bilim ve Sanat Yayinlari, 1993, pp. 62-6
18. Carl Cohen, Communism, Fascism amd Democracy (Communisme, Fascisme et Démocratie), New York: Publication Random House, 1972, p. 408