LA DEGENERESCENCE MORALE DANS LES SOCIETES ATHEES

"Et le jour où ceux qui ont mécru seront présentés au Feu (il leur sera dit): 'Vous avez dissipé vos biens excellents et vous en avez joui pleinement durant votre vie sur terre: on vous rétribue donc aujourd'hui du châtiment avilissant, pour l'orgueil dont vous vous enfliez injustement sur terre et pour votre perversité'." (Sourate 46, "al-Ahqâf", v. 20)

Dévier de l'objectif réel de la vie équivaut à perdre ses valeurs. En effet, on ne peut pas imaginer que ceux qui considèrent ce monde comme une finalité en soi et qui croient que tout prend fin avec la mort aient des valeurs très nobles. De la même manière, on ne peut pas concevoir qu'un individu soit doté de qualités humaines alors qu'il ne pense pas une seconde que ses œuvres parleront pour lui le Jour du jugement et qu'il sera rétribué en toute équité dans l'Au-delà.

On comprend alors que les communautés accrochées à ces philosophies déformées cultivent une certaine futilité spirituelle. Dans cette courte vie, le souci principal des individus se limite à accumuler des bénéfices personnels et à satisfaire des passions, convaincus qu'ils n'ont aucune responsabilité dans la manière de diriger leur vie. Leur ambition n'est nullement d'atteindre la perfection de caractère. Qu'est-ce que cela ajouterait à leur vie? Au contraire, à cause de leurs conceptions altérées, ils qualifient les personnes volontaires, consciencieuses, compatissantes et indulgentes d'insensées. Leur raisonnement cautionne que le fort exerce une pression sur le faible, voire qu'il fasse usage de violence contre lui, sans aucun égard pour ses droits.

Dans le Coran, Dieu souligne que ceux qui ne croient pas à l'Au-Delà et au Jour du jugement ne voient pas de limites dans la perpétration de méfaits:

"Malheur ce jour-là, aux négateurs, qui démentent le Jour de la rétribution. Or, ne le dément que tout transgresseur, pêcheur." (Sourate 83, "al-Moutaffifoûn", Les fraudeurs, v. 10 à 12)

Ces individus, qui se sont détournés de la religion aspirent seulement à accroître leurs possessions et à transmettre leur ambition à ceux qui les entourent, les prédisposant ainsi à désobéir aux limites fixées par Dieu.

Nous vivons à une époque où la majorité des gens a complètement abandonné les valeurs religieuses. Cette majorité ne se satisfait pas de ce qu'elle fait pour elle-même, il faut en plus qu'elle cherche par tous les moyens à attirer les autres vers la mauvaise voie. Elle investit alors toutes les formes de l'immoralité et fait tomber une à une toutes les barrières: celle de la violence, de la paresse spirituelle, de la dégradation morale, de la prostitution, de "l'avarice", de la sexualité débridée, de la drogue, du jeu… Les prochaines pages seront consacrées aux dimensions que couvre la dégradation morale causée par l'immoralité.

La propagande de l'immoralité

Certains individus qui ne croient ou qui ont une foi faible commettent volontiers les péchés que sont la fornication, le jeu ou le vol. L'absence de croyance prédispose à ce type de comportement. Ce raisonnement part du principe que les êtres humains sont le résultat du hasard et par conséquent qu'ils n'ont aucune responsabilité ni devoir envers leur Créateur. La théorie de l'évolution, idéologie qui abonde dans le sens de l'athéisme soutient que l'être humain est une forme développée de l'animal. C'est pourquoi nous ne devons nous soucier de rien, à l'exception de la satisfaction de nos besoins. Quant à nos mauvais penchants, nous ne leur imposons aucune limite pareillement aux animaux. En résumé, ce type de philosophies dépourvues de dimension spirituelle ne reconnaît pas les valeurs morales.

En effet, William Provine, professeur de l'Université Cornell, célèbre matérialiste et défenseur du darwinisme exprime ainsi sa vision de la moralité:

"La science moderne montre directement que le monde est organisé strictement selon des principes mécanistes. Il n'y a pas de principes calculés dans la nature. Il n'y a pas de dieux, ni de forces intrigantes rationnellement détectables… Deuxièmement, la science moderne suggère directement qu'il n'y a pas de lois morales ou éthiques, ni de principes directeurs absolus pour la société humaine. Troisièmement, les êtres humains sont des machines merveilleusement complexes. L'individu humain devient une personne éthique au moyen de deux mécanismes primaires: l'hérédité et les influences environnementales. C'est là tout ce qu'il y a. Quatrièmement, nous devons conclure que quand nous mourrons, nous mourrons et que c'est là notre fin…"11

Ce scientifique matérialiste admet lui-même que l'athéisme n'autorise aucune foi dans l'Au-delà. Les gens croient simplement qu'ils périront avec la mort. Cette croyance pervertie des mécréants est mentionnée dans le Coran en ces termes:

"Ce n'est là que notre vie présente: nous mourons et nous vivons; et nous ne serons jamais ressuscités." (Sourate 23, "al-Mou'minoûn", Les croyants, v. 37)

Ceux qui ne croient pas à la Résurrection ne s'instaurent aucune limite et ne voient aucun mal dans l'immoralité. C'est pourquoi l'athéisme est la principale raison de la dégénérescence morale, comme les propos de M. Provine le confirme. Assurément, cela ne peut être que les pensées et les valeurs morales d'un non-croyant.

Si toutes les personnes immorales ne le sont pas nécessairement à cause du darwinisme ou du matérialisme, il faut néanmoins être conscient du fait que ces idéologies et leurs incrédules fomenteurs distillent savamment ces notions déformées dans l'esprit des individus et finissent par les attacher avidement à cette vie plutôt qu'à celle de l'Au-delà.

Dans les années 60, la disparition de toutes les barrières s'est traduite par la révolution sexuelle, la diffusion des drogues, l'arrogance et la rébellion. Trente ans plus tard, ces iconoclastes des années 60 sont ceux qui aujourd'hui dirigent nos pays, enseignent dans nos écoles et élèvent des enfants. L'immoralité a atteint un seuil de pénétration inégalé à ce jour parce que l'actuelle génération sévèrement affaiblie moralement a été élevée par des parents non croyants. Dans le Coran, Dieu fait référence à la communauté ignorante du fait religieux puisque leurs pères n'ont pas été eux-mêmes mis en garde:

"Pour que tu avertisses un peuple dont les ancêtres n'ont pas été avertis: ils sont donc insouciants." (Sourate 36, "Yâ-Sîn", v. 6)

Ce verset indique, par ailleurs, que les générations issues de peuples non croyants deviennent elles-mêmes incroyantes et privées de valeurs morales à l'instar de leurs aînés.

Aujourd'hui, l'indépendance et l'irresponsabilité face aux actes sont les deux causes de l'immoralité qui envahit le monde d'Est en Ouest. Parce que l'athéisme est répandu de nos jours comme jamais auparavant, l'homosexualité est devenue une norme sociale. Pour les mêmes raisons, la prostitution, la pédophilie, le jeu, la fraude et la corruption sont hors de tout contrôle. La déchéance de la société est étalée partout au vu et au su de tous. Au sein même de la famille, les viles habitudes deviennent source de prestige. Le sexe pré- et extraconjugal devient un symbole de modernisme. En l'absence de croyance, les vertus telles que la modestie, la honte ou la bonne conduite disparaissent. Des comportements qui étaient moralement inacceptables il y a quelques décennies encore sont aujourd'hui encouragés et même érigés en norme sociale.

L'incroyance génère souvent l'immoralité. Pourtant, certains peuvent se déclarer moraux sans toutefois croire. Ils assurent ne cautionner aucun des comportements immoraux mentionnés ci-dessus. Bien sûr, on peut être non croyant et n'avoir jamais été impliqué dans aucune forme de corruption et ne jamais le devenir. Mais cela ne signifie pas nécessairement que cet individu est bon moralement. Le croyant qui adopte une conduite vertueuse parce qu'il craint Dieu demeure constant dans ses manières et dans son comportement et cela quelles que soient les circonstances. Par contre, le non-croyant peut s'abandonner à une attitude qu'il condamne en temps normal à un moment où il connaît des difficultés. Une personne peut, par exemple, s'estimer incapable de commettre un meurtre et finalement passer à l'action sous l'effet d'une grande colère.

En tout état de cause, les bonnes valeurs requièrent patience et volonté. Quelles que soient les circonstances, on doit s'astreindre au meilleur caractère. L'objectif devient l'élément stabilisateur d'une patience et d'une volonté infaillibles. Les croyants ont pour but ultime dans la vie d'obtenir l'agrément de Dieu, Sa clémence et le Jardin. Ils savent, comme le disait le Messager de Dieu: "Il n'y aura rien de plus lourd le Jour du jugement que le bon caractère."12 Ils saisissent alors chaque opportunité pour lutter sur la voie de l'excellence. Pourquoi l'incrédule s'armerait-il de patience et de volonté? Ceux qui se prostituent prétendent que c'est là leur seul moyen de survie. S'ils avaient la foi en Dieu et en l'Au-delà, ils n'opteraient certainement pas pour un gagne-pain si honteux. Sachant qu'ils ne pourraient le justifier, ils l'éviteraient méticuleusement avec une grande crainte.

"Le diable vous fait craindre l'indigence et vous commande des actions honteuses; tandis qu'Allah vous promet pardon et faveur venant de Lui. La grâce d'Allah est immense et Il est Omniscient." (Sourate 2, "al-Baqara", La vache, v. 268)

Par peur de la pauvreté, les individus osent céder à toutes les formes de vices. Par opposition, l'idée ne viendrait même pas à l'esprit du croyant de vivre dans la débauche, son espoir ultime étant de gagner la miséricorde de Dieu.

Dans un verset, Dieu souligne que la crainte que les croyants nourrissent pour Lui les pousse à se dépasser pour avoir bon caractère:

"Ceux qui unissent ce qu'Allah a commandé d'unir, redoutent leur Seigneur et craignent une malheureuse reddition de compte, et qui endurent dans la recherche de l'agrément d'Allah, accomplissent la Salat et dépensent dans le bien, en secret et en public, de ce que Nous leur avons attribué, et repoussent le mal par le bien. À ceux-là, la bonne demeure finale." (Sourate 13, "ar-Ra'd", Le tonnerre, v. 21-22)

L'invitation à l'immoralité

Aujourd'hui, sous la parure du modernisme et de la liberté, les individus, et en particulier les adolescents, sont conditionnés par et pour l'immoralité. Les vices qui, il y a encore quelques dizaines d'années, étaient encore dénoncés sont aujourd'hui encouragés par les sociétés. La télévision, les journaux et les magazines sont les vecteurs de cette immoralité. Les faussaires, les homosexuels, les prostitué(e)s, les joueurs, les prétendues célébrités aux manières déplorables sont présentés au public tels des modèles à suivre. Même s'ils sont parfois détestés, leurs styles de vie sont pris comme symbole de modernisme et de civilisation.

Le développement récent d'une tendance efféminée dans le style vestimentaire masculin est également une conséquence de cet endoctrinement. Une telle dégradation des mœurs de la société est une marque de son imprudence. Pareillement, les personnes célèbres exposent à tous leurs relations extraconjugales et ne cachent pas l'usage qu'ils font des drogues. La masse ignorante les imite dans leurs comportements et dans leurs philosophies, dans leurs styles vestimentaires et dans leurs discours. Ces individus ne se rendent pas compte que ces objets d'adulation de millions de gens sont très souvent des personnes faibles et superficielles ayant des problèmes psychologiques, sexuels et spirituels graves et qui en plus sont la risée de leur entourage proche. Pourtant, la majorité des gens ne comprend rien. Dieu attire notre attention sur le fait que ceux qui n'ont pas de foi sont privés de sagesse:

"Tout ce qui vous a été donné est la jouissance éphémère de la vie ici-bas et sa parure alors que ce qui est auprès d'Allah est meilleur et plus durable… Ne comprenez-vous donc pas?" (Sourate 28, "al-Qasas", Le récit, v. 60)

Mais, c'est aux croyants réfléchis, sages, consciencieux, intelligents dotés d'une foi ferme en Dieu qu'incombe la responsabilité de façonner le cadre moral de la société. C'est à eux de dessiner un modèle social plus sain parce que débarrassé de tous les vices. Au lieu de se concentrer sur des sujets insignifiants, les adolescents pourraient davantage se soucier d'enrichir leur caractère. Évidemment, les personnes consciencieuses sont celles qui s'investissent dans l'amélioration des mœurs de la société plutôt que dans leur destruction. Heureusement, l'ouverture d'esprit de certains leur assure une pensée clairvoyante et indépendante en dehors de tous les conditionnements de la société. Leur croyance les guide vers ce qu'est l'objectif réel de la vie. Ayant pour seul Créateur Dieu, ils se sentent responsables envers Lui et ils en témoignent par l'excellence de leur caractère. Leurs exemples ne sont inspirés que par le Coran et la Sounna et par conséquent ils sont empreints de sincérité, de sagesse, de conscience et de bon caractère:

"En effet, vous avez dans le Messager d'Allah un excellent modèle, pour quiconque croit en Allah et au Jour dernier et invoque Allah fréquemment." (Sourate 33, "al-Ahzâb", Les coalisés, v. 21)

Louer l'excellent caractère et les valeurs coraniques enrichit l'esprit de l'homme et renforce le dégoût pour les faiblesses morales, ce qui à terme jugule ce penchant pour l'immoralité.

La drogue: preuve du manque de volonté spécifique aux incroyants

L'usage des drogues a augmenté de façon alarmante depuis les dix dernières années. Les études confirment que la majorité des adolescents en consomment. Le nombre de drogués est loin d'être négligeable dans le monde. En 1992, un sondage concluait que 50% de la population adolescente de Grande Bretagne consommaient des drogues. Les drogués représentaient 30% des adolescents anglais. Une autre étude montrait qu'ente 1988 et 1995, les Américains avaient dépensé 57,3 milliards de dollars en drogue.13

Toutes les drogues sont néfastes pour la santé car elles ne conduisent leur consommateur qu'aux bas-fonds de la société. Ce vice exige des sommes sans cesse plus importantes alors que paradoxalement sa consommation ne permet plus au consommateur de travailler physiquement. À ce stade-là, tous les moyens sont bons pour amasser de quoi payer une dose: le vol, l'escroquerie, la prostitution homosexuelle et hétérosexuelle… Le drogué est alors aspiré dans une spirale car d'une part, il a besoin d'argent rapidement et d'autre part, il ne peut occuper un emploi décent et stable.

Il est inconcevable de se laisser emporter de plein gré dans une vie si ignoble. La résistance du croyant vient de sa sagesse et de sa conscience. L'absence de volonté, conséquence directe de l'athéisme, peut encore être plus préjudiciable comme le confirme ce verset:

"En vérité, Allah n'est point injuste à l'égard des gens, mais ce sont les gens qui font du tort à eux-mêmes." (Sourate 10, "Yoûnous", Jonas, v. 44)

Les plus jeunes sont la cible la plus vulnérable et la plus prometteuse. Les dealers de drogue bradent leur conscience et leur compassion dans le seul but de satisfaire leur avidité. En Amérique Latine et en Russie, le trafic de stupéfiants est l'un des plus lucratifs. Le commerce de la drogue est contrôlé par l'État, qui cautionne les réseaux de trafiquants.

Aujourd'hui, les initiatives prises contre le trafic et la consommation de drogue ne solutionnent pas de manière durable le fléau. Les individus qui n'ont pas la volonté de surmonter leur addiction retomberont immanquablement dans leur vice même après avoir été traités à l'hôpital. Même les prisons ont leur propre réseau organisé. La seule issue pour le drogué est de renforcer sa volonté et seule la religion confère à l'homme une volonté inébranlable. Le mécréant même s'il possède une volonté ferme sera toujours influencé à un moment ou un autre par une passion, et par conséquent affaibli. Les craintes de Dieu et du tourment du Feu seules fortifient la volonté et l'affermissent.

Les vices universels avilissants: la prostitution, l'adultère et l'homosexualité

La prostitution est rapidement devenue un gagne-pain répandu. L'âge moyen des prostituées a tendance à diminuer. Les jeunes sont parfois forcés par leur famille de vendre leurs corps, à un âge où ils ont encore besoin de protection et d'attention. Les gouvernements devraient être alarmés par cette perversion et agir afin de les protéger de tels préjudices. Mais au contraire, des pays comme les Philippines attirent des milliers de "touristes sexuels."

La fornication est une autre habitude répandue bien qu'indécente. D'après le centre de données statistiques nationales sur la santé, 32% des enfants nés aux États-Unis sont nés de relations extraconjugales, ce qui signifie que chaque année 1.267.373 bébés sont issus de couples non mariés.14 Ce qui était inimaginable il y a quarante ans voire trente ans est devenue chose courante aujourd'hui.

Les problèmes matériels et spirituels que la fornication cause à la société sont évidents. Il est, par ailleurs, inutile d'insister sur les problèmes d'éducation que connaissent les couples non mariés ou les jeunes mères célibataires, qui ne sont elles-mêmes encore que des enfants. L'avenir de ces enfants est incertain. Un synopsis des rapports de crise mondiaux actuels (9 mars 1998) traite de la dégénérescence morale dans la structure familiale en ces termes:

"La dernière transformation dans la première partie de ce siècle a nécessité la ruine de trois facteurs de société de base. Le premier facteur fut la dissolution encore plus profonde de la morale et de la famille en tant que fondation. Cela fut provoqué dans les années 60. Les radicaux qui aujourd'hui gouvernent nos pays étaient alors des hippies. La liberté sexuelle était le mot d'ordre. Il était alors impossible de ne pas voir qu'ils n'étaient pas libres car ils étaient constamment en lutte contre quelqu'un. Ce n'était pas l'amour qu'ils ont récolté mais plutôt l'immoralité et la dégénérescence."15

La fornication est un mal interdit dans le Coran. Pour ceux qui s'y adonnent leur tourment sera dans le Feu, à moins qu'ils ne se repentent:

"Et n'approchez point la fornication. En vérité, c'est une turpitude et quel mauvais chemin." (Sourate 17, "al-Isrâ", Le voyage nocturne, v. 32)

"Qui n'invoquent pas d'autre dieu avec Allah et ne tuent pas la vie qu'Allah a rendue sacrée sauf à bon droit; qui ne commettent pas de fornication - car quiconque fait cela encourra une punition." (Sourate 25, "al-Fourqân", Le discernement, v. 68)

L'intense propagande a réussi à imposer la fornication comme symbole de modernité et à en leurrer plus d'un alors qu'en réalité, elle mène directement au Feu.

Il y a encore peu de temps, l'homosexualité était vigoureusement dénoncée et inacceptable. Aujourd'hui, elle s'assimile à un mode de vie sociale à part entière. Les homosexuels jouissent de nombreux droits sociaux: ils peuvent se marier, faire inséminer une mère porteuse ou adopter des enfants. Ils ont accès à des fêtes, des clubs, des congrès qui leur sont spécialement destinés. Les magazines et la presse se chargent de nous faire croire que l'homosexualité est un style de vie populaire et acceptable. Non! Que l'on ne nous fasse pas croire à une quelconque dimension intellectuelle du phénomène en clamant des phrases telles que "tout le monde est libre de choisir son orientation sexuelle". Étant donné la place importante qu'ils occupent dans les médias et dans le monde du divertissement, leur propagande homosexuelle s'avère extrêmement efficace à étouffer davantage les valeurs morales.

L'athéisme est ce qui caractérise la société dégénérée. L'homosexualité est une forme de perversion, pour laquelle Dieu promet le tourment aussi bien dans ce monde que dans l'Au-delà, à moins que l'individu se repente à Lui sincèrement. Dans le Coran, Dieu annonce que les cités dont les peuples avaient désobéi au Prophète Lot (psl) furent détruites car elles pratiquaient l'homosexualité. Quand le Prophète Lot (psl) leur demanda d'abandonner leurs perversions et leur fit part de l'avertissement de Dieu, ils le renièrent et poursuivirent leur perversion. Son peuple fut alors détruit par le châtiment contre lequel Lot les avait mis en garde:

"Accomplissez-vous l'acte charnel avec les mâles de ce monde? Et délaissez-vous les épouses que votre Seigneur a créées pour vous? Mais vous n'êtes que des gens transgresseurs." Ils dirent: "Si tu ne cesses pas, Lot, tu seras certainement du nombre des expulsés." Il dit: "Je déteste vraiment ce que vous faites. Seigneur, sauve-moi ainsi que ma famille de ce qu'ils font." Nous les sauvâmes alors, lui et toute sa famille, sauf une vieille qui fut parmi les exterminés. Puis nous détruisîmes les autres; et nous fîmes pleuvoir sur eux une pluie de pierres. Et quelle pluie fatale pour ceux qui sont avertis! Voilà bien un prodige. Cependant, la plupart d'entre eux ne croient pas." (Sourate 26, "ach-Chou`arâ", Les poètes, v. 165 à 174)

Aucune des institutions sociales ne met l'emphase sur la perversion que représente cet acte, sur le mal qu'il contient en déplaisant à Dieu et sur la douleur et le tourment qu'il engendrera dans ce monde et dans l'Au-delà. Il est essentiel de débarrasser la société de ce malaise en débarrassant les pervertis de leur perversion. Aujourd'hui, des millions d'êtres humains vivent dans la dépravation pour avoir intégré dans leur vie l'immoralité, la contestation et toutes les formes blâmables de comportements.

En revanche, les croyants luttent pour ce qui est meilleur, honorable, noble et honnête. Dieu dit des gens qui sont droitement guidés:

"… Mais Allah vous a fait aimer la foi et l'a embellie dans vos cœurs et vous a fait détester la mécréance, la perversité et la désobéissance. Ceux-là sont les bien dirigés." (Sourate 49, "al-Houjourât", Les appartements, v.7)

C'est la seule force qui retient l'homme de se laisser aller à de mauvaises actions et à la perversion. Dans un verset, Dieu nous dit:

"Récite de ce qui t'est révélé du Livre et accomplis la Salat. En vérité, la Salat préserve de la turpitude et du blâmable. Le rappel d'Allah est certes ce qu'il y a de plus grand. Et Allah sait ce que vous faites." (Sourate 29, "al-`Ankaboût", L'araignée, v. 45)

Le jeu au détriment de la vie humaine

Le jeu détruit les sociétés. Néanmoins, il continue à être l'une des activités les plus profitables. Que ne furent dépensées ces sommes d'argent colossales dans une voie meilleure que celle du simple plaisir!

Le jeu a un effet malveillant sur les individus. Comment peut-on se laisser aller au jeu quand les faits témoignent de ses effets néfastes: les dettes, la dépression, le suicide, le meurtre, le gaspillage… Malgré tout, le jeu bénéficie d'une étonnante promotion. N'est-ce pas là un indicateur de l'état de dégradation de la moralité?

Ce ne sont certainement pas les personnes scrupuleuses qui s'enrichissent par le jeu et qui le légitiment.

Le jeu conduit à un véritable engrenage qui entraîne les individus et leur entourage dans une spirale de déchéance.

Adhérer au Coran permet d'éradiquer ces comportements inconscients. Dieu définit le jeu comme un vice et met en garde l'homme pour qu'il s'en éloigne:

"Ô les croyants! Le vin, le jeu de hasard, les pierres dressées, les flèches de divination ne sont qu'une abomination, œuvre du Diable. Écartez-vous en afin que vous réussissiez. Le diable ne veut que jeter parmi vous, à travers le vin et le jeu de hasard, l'inimité et la haine et vous détourner d'invoquer Allah et de la Salat. Allez-vous donc y mettre fin." (Sourate 5, "al-Mai'da", La table servie, v. 90-91)

La responsabilité incombe aux gens de foi d'ouvrir les yeux des mécréants sur les maux que le jeu cause et de les inviter à s'en écarter.

NOTES

11. Philip Johnson, Darwin on Trial (Darwin au Banc d'Essai), 2ème édition, Illinois: Intervarsity Press, 1993, p. 126
12. At-Tirmidhî, rapporté par Abu'd-Darda
13. http://www.nida.nih.gov/Infofax/costs.html
14. http://www.thewinds.org/arc_editorials/government/world_crisis08-98.html
15. http://www.thewinds.org/arc_editorials/government/world_crisis08-98.html